Parmi tous les défauts visuels qui touchent adultes et enfants, l’hypermétropie est l’un de ceux qui combinent la double difficulté d’avoir du mal à voir de loin comme de près.

  • Comment cela fonctionne-t-il exactement ?
  • Comment peut-on savoir si l’on est hypermétrope ?
  • Quelles sont les solutions ?

L’hypermétropie : définition et symptômes

Il s’agit d’un problème optique assez fréquent qui touche en fait la vision de loin, mais finit par gêner également la vision de près.
En effet, chez les hypermétropes l’œil est « trop court », et n’arrive pas à focaliser correctement.

Ce défaut de focalisation amène l’œil à devoir sans cesse s’accommoder pour faire une mise au point et rendre à l’image la netteté qu’elle devrait naturellement avoir.

Lorsqu’elle regarde au loin, la personne concernée va devoir faire cet effort d’accommodation, et devra le faire d’autant plus quand elle regardera de près.

Ainsi, plus l’hypermétropie sera importante, plus il sera difficile de lire, travailler sur l’ordinateur ou regarder n’importe quel écran, car la lumière artificielle accentue encore la difficulté.
Si elle est très forte, vous verrez flou malgré le travail de vos yeux pour ajuster ; un peu moins forte, votre œil pourra compenser mais vous aurez de désagréables sensations d’yeux qui piquent, de maux de tête et de cou ainsi que des problèmes de concentration.

L’hypermétropie tout au long de la vie

Tous les bébés sont en fait un peu hypermétropes à une période de leur vie, puisqu’il faut attendre que la croissance permette à l’œil d’atteindre sa taille normale pour fonctionner correctement.

À 2 ou 3 ans, il est important d’effectuer un test sur l’acuité visuelle d’un enfant, afin de corriger au plus tôt un éventuel défaut.
À  6 ans, quand il commencera l’apprentissage de lecture et entrera dans une période d’utilisation intense de ses yeux, un enfant hypermétrope ressentira des difficultés pour lire et se concentrer, avec des maux de tête en fin de journée. Cela signale que le phénomène d’accommodation est difficile à réaliser, et il faudra alors consulter un ophtalmologiste pour obtenir une paire de lunettes adaptées.
À  30 ou 35 ans si on ressent le besoin d’une aide pour la lecture ou le travail sur écran cela ne signifie pas une presbytie précoce mais plutôt une hypermétropie qui s’est ignorée pendant de nombreuses années.

Au-delà de 40 ans, l’hypermétropie et la presbytie peuvent s’ajouter pour gêner plus encore la vision de près.

Quelle est la meilleure solution ?

Les lunettes de vue correctrices
Quel que soit votre cas, que ce soit votre enfant qui soit diagnostiqué à 2 ou 3 ans, ou que vous découvriez votre hypermétropie sur le tard, ce défaut optique se corrige sans problème avec le port de lunettes de vue correctrices. Leurs verres auront alors la particularité d’être convergents, c’est-à-dire plus épais au centre que sur les bords

Les verres unifocaux
Pour tous ceux qui ont uniquement l’hypermétropie, des verres unifocaux vous suffiront. Les enfants et même les bébés auront des modèles adaptés pour eux.
Ce sont des lunettes spécialement pensées pour ne pas les gêner et suivre leurs mouvements même dans des situations extrêmes.

Vous devrez alors vous rendre chez votre opticien qui vous fera choisir entre toutes les montures celle qui vous convient le mieux, et fera monter les verres adaptés dessus.

Les lunettes antifatigue sans ordonnance
La dernière possibilité est d’acheter chez votre opticien des lunettes antifatigue, qui se rapprochent de la correction qu’offrent les lunettes de vue de repos.

N’hésitez pas à vous rendre dans un de nos trois magasins, nos équipes seront heureuses de vous accueillir.