Si pendant de nombreuses années les lunettes n’étaient qu’un objet ou un instrument permettant de corriger la vue ou les troubles de la vision, aujourd’hui clairement en plus d’aider les gens dans leur quotidien, elles sont devenues des accessoires de mode par excellence.

Un petit retour dans le temps s’impose pour comprendre comment on a pu en arriver là.

1796 : C’est l’année de la naissance de la lunette à Morez (aujourd’hui berceau mondial de la lunetterie).

Petit à petit, conscients du véritable potentiel, les hauts jurassiens développent leur savoir-faire afin de créer une filière industrielle fiable.

Pendant toutes ces années, les lunettes aident les gens dans leurs quotidiens, c’est un objet banal dont on commence déjà à avoir honte, à se cacher, à ne pas vouloir les porter, car malgré qu’elles soient bénéfiques pour nous, elles ne le sont pas toujours pour notre image.

C’est en 1950-1960 que la mode en lunetterie arrive grâce à un homme : Pierre Marly.

Véritable virtuose de la lunette, il va redonner aux paires des années 50, un véritable coup de boost : formes originales, couleurs.

Précurseur dans ce domaine, il introduit la mode en 1951 dans les paires de lunettes. À l’heure où les paires de lunettes sont mals aimées, Pierre Marly crée des pièces uniques pour qu’elles se voient et se remarquent.

L’engouement est tel que les créateurs (Lafont, Mikli, Théo,…) s’inspirent et lancent leurs plus belles créations et les couturiers vont apposer leurs signatures et leurs créativités sur les branches de lunettes (Courrèges, Cardin, Emilio Pucci,..).

On assiste à la nouvelle ère des lunettes, un objet mal-aimé qui devient l’accessoire de mode ultime et dont on ne peut plus se passer.

Le musée de la lunette à Morez retrace les années emblématiques de la lunette et y expose les plus beaux modèles.

marly2En haut à droite, l'indémodable Sourcilla